C’est décidé, vous voulez créer une vidéo virale pour faire connaitre votre activité sur Internet et déclencher un buzz. Mais attention à ne pas vous tromper ! Voici 5 conseils pour augmenter vos chances de réussite.

 

Avant tout, rappelons qu’une vidéo virale est une vidéo destinée à être vue et partagée de très nombreuses fois sur le Web afin de promouvoir votre marque : le fameux buzz. N’attendez pas de la vidéo virale qu’elle fasse décoller vos ventes, comme ça, d’un seul coup. Elle vous permet surtout de travailler votre notoriété.

1. Définissez votre budget

A mon sens, c’est le premier point à aborder avant toute chose. De là découlera le reste. Parce que si vous n’avez que 400 € à accorder à ce levier marketing, votre vidéo virale a peu de chance d’être de grande qualité et par conséquent efficace. N’oubliez pas qu’il faudra un peu de matériel vidéo et son (loué ou acheté), un minimum de logistique, payer les éventuels acteurs, monter la vidéo et ensuite la promouvoir sur le Web.

En-dessous de 1000 €, à mon avis, c’est très compliqué. Sauf exception où vous auriez en interne déjà beaucoup de ressources comme une idée de scénario ou du matériel vidéo et son de bonne qualité, cet investissement ne sera pas suffisant. Après, rien n’est impossible, mais il faudra être très imaginatif !

Mais, me direz-vous, sur Youtube, plein de vidéos amateur font des millions de vues, pourquoi pas moi ?

Pour plusieurs raisons :

  • Sur les quelques vidéos amateur qui buzzent, combien restent avec quelques centaines de vues seulement ?
  • Sachez que certaines vidéos amateurs qui cartonnent le sont parce que des entreprises spécialisées en font la promotion.
  • Vous n’êtes pas un amateur qui n’a rien à vendre. Vous vous devez de montrer une bonne image de vous, et une vidéo de qualité est un pré-requis. Imaginez une vidéo montrant votre entreprise avec un son abominable, une image toute fade et des tremblements. Avouez que ce n’est pas très engageant ;).

En résumé, je vous déconseille fortement la stratégie du « on le fait avec le caméscope parce qu’on n’a que ça ». Sauf miracle, ça ne fonctionnera pas.

 

2. Définissez le sujet et son traitement

Vous devez définir, toujours en accord avec votre budget, quel type de vidéo vous allez faire :

  • Vidéo type caméra cachée. Un excellent exemple avec la marque de bière Calsberg qui signe ici une caméra cachée drôle et sympathique :
  • Vidéo jouant plus sur les émotions. Par exemple, la vidéo de Dove, « You’re more beautiful than you think »
  • Vidéo fictionnelle humoristique. Par exemple « Mission 404 », de Orangina

 

Outre la forme, vous devez lister le ou les messages que vous souhaitez faire passer dans cette vidéo. A vous d’adapter aux valeurs de votre entreprise. Par exemple, Carslberg, dans sa vidéo, fait passer un message de totérance et de respect, nous faisant associer immédiatement ces valeurs à la marque. Prenez donc garde à bien construire votre vidéo en fonction de ces valeurs. Vous pouvez utiliser les clichés, mais seulement si vous les détournez (Les clichés au premier degré sont risqués). L’exemple de Calsberg qui joue avec un cliché est très parlant à ce sujet.

Vous devez aussi définir le traitement. Ce qui fonctionne le plus sur Internet : l’humour, le trash, le sexe, l’émotionnel. Honnêtement, je vous déconseille fortement le trash et le sexe, peu propices à de bons buzz. L’humour et l’émotionnel sont deux valeurs sûres. Pensez aussi à l’autodérision, c’est souvent très apprécié.

Si vous choisissez le mode fictionnel, soyez conscient que cela demandera un plus de budget. Personnellement, c’est un genre que j’affectionne beaucoup car il permet de raconter plein d’histoires.

Un dernier conseil, évitez de trop parler de vous. Une vidéo virale n’est pas une publicité classique ! Votre produit ou service ne doit pas être au centre de la vidéo. Il peut par contre y figurer, notamment quand c’est fait de manière intelligente comme le fait Orangina avec Mission 404.

 

3. Soignez la technique !

Une belle image

La qualité de l’image est la première chose que verront les internautes. Et une belle image, avec de bonnes couleurs, stable, en haute définition, ça donne quand même une meilleure impression qu’une vidéo tournée avec un caméscope qui a du mal à faire le point dans les endroits sombres.

Si vous devez réaliser vous-même, faites-vous prêter un appareil photo de type reflex. Ils peuvent faire de belles images pour un prix plus faible qu’une caméra professionnelle.

Un son de qualité

Outre l’image, la qualité du son est primordiale. Je pense d’ailleurs qu’autant il est possible de passer outre une qualité d’image juste correcte, autant un son de mauvaise qualité est rédhibitoire. Ce serait dommage de tout gâcher à cause de ça. Il n’y a pas cinquante solutions : soit vous faites appel à un professionnel équipé, soit vous achetez ou louez le nécessaire, à savoir un bon micro et un enregistreur externe. Oubliez l’idée d’enregistrer le son avec votre appareil photo, ce sera mauvais. Même les reflex haut-de-gamme ont en général un son de qualité médiocre.

Si vous avez un très petit budget, la location de matériel de son simple peut vous permettre d’avoir un son correct même venant d’un non ingénieur du son. Personnellement, avec mon micro et mon enregistreur, j’obtiens un son tout à fait respectable. Mais soyez conscient que cela ne vaudra pas un son pris et mixé par un professionnel.

 

4. La faire vous-même ou externaliser ?

Vous avez à mon sens 3 possibilités :

  • Vous faites la vidéo en interne seuls. Vous gérez donc le scénario, la réalisation et avez à disposition du matériel vidéo / son de bonne qualité avec les compétences qui vont avec. Cela implique d’avoir un minimum de compétences en interne.
  • Vous faites la vidéo en interne mais accompagné par un conseil. Intermédiaire entre tout faire seul et externaliser, cela permet de réduire les coûts. De cette manière, vous complétez les compétences qui manquent en interne (par exemple, l’écriture du scénario, la réalisation…).
  • Vous externalisez complètement. Écriture de scénario, réalisation, tournage, tout se fait en externe. Il peut s’agir d’une agence ou d’un freelance. Attention toutefois, car vous devrez tout de même vous mêler du scénario. Il est fondamental que celui-ci colle à vos valeurs et à vos objectifs. J’ai personnellement vu le cas où le prestataire extérieur réalisant la vidéo a décidé ce qui était bon de mettre dans la vidéo, sans travailler de concert avec l’équipe marketing. Il est important de retenir que c’est surtout vous qui savez quels aspects de votre société vous voulez faire ressortir et quels sont vos objectifs marketings et votre cible. Ne vous dites pas « je donne 10 000 € à cette agence, elle s’occupe de tout et on verra ce qui va sortir » : vous risquez fortement d’avoir une vidéo à côté de vos objectifs et que vous ne saurez pas comment diffuser. Résultat : peu de vues, perte d’argent et de temps. J’ai déjà vu ça, et c’est vraiment dommage.

 

5. Construisez une véritable stratégie de communication

L’erreur souvent commise est de penser que si la vidéo est de qualité, drôle, émouvante et attrayante, le buzz va se lancer tout seul, comme par magie. Sauf cas très particulier, ça ne fonctionne pas comme ça. Une autre erreur est aussi de vous demander seulement une fois la vidéo réalisée : maintenant, comment est-ce que je la fait connaitre ? C’est trop tard.

En même temps que l’élaboration du scénario (pour moi c’est indisociable), vous devez préparer la communication autour de cette vidéo. A quelle date vais-je la diffuser ? A qui s’adresse-t-elle ? Queles influenceurs vais-je contacter ?

N’oubliez pas qu’il vous faudra un budget marketing en plus du budget de création de la vidéo : publicité Facebook, organisation de jeu concours…

Les influenceurs

Un influenceur est une personne ou société disposant d’une forte communauté autour d’un blog, d’un site web ou d’un compte de réseau social. Il est très suivi et a une véritable influence sur son lectorat. S’il partage votre vidéo, cela peut amener de nombreux autres partages.

Contextualisez !

Profitez de l’actualité pour lancer votre vidéo ! Plus elle est contextualisée, plus votre vidéo a de chances d’être partagée. Pourquoi ne pas profiter de la sortie d’un film ?

Exemple : j’avais écrit un scénario pour une start up qui utilise la visioconférence. Je souhaitais profiter de la sortie de James Bond : Spectre en novembre 2015. L’histoire était celle d’un agent secret et reprenait les codes de la célèbre franchise tout en parlant du produit de la start up de manière décalée et drôle. Le contenu respectait les valeurs de l’entreprise et les péripéties mettaient en valeur les clients cibles de la société. Pour diverses raisons la vidéo n’a pas été réalisée, mais cela vous donne une idée de ce qui peut être fait.

 

Conclusion

Réaliser une vidéo virale requiert de multiples compétences. Si rien ne garantit jamais qu’une vidéo fonctionnera bien, appliquer les conseils que nous avons vus dans cet article vous permettra d’augmenter la probabilité de faire un buzz.

Si vous avez un projet de vidéo virale, sachez que je peux vous accompagner tant sur l’écriture du scénario, le conseil pour le choix d’un prestataire, mais aussi sur la stratégie marketing. N’hésitez pas à me contacter pour que nous en discutions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>